• Couper les ponts

    Alors voilà.

    La séparation, c'est dur. Qu'elle soit en amour ou en amitié (ben oui, l'amitié c'est de l'amour).

    J'ai rencontré, il y a plus d'un an, une personne extraordinaire. Quand on s'est vues la 1ère fois, on a parlé pendant 3h !! Bref, une personne à qui tu t'attaches tout de suite, tu sens tout de suite que tu es sur la même longueur d'onde.

    On a passé de très bons moments ensemble, à refaire le monde, se serrer les coudes, parler de nos enfants... bref, elle était pour moi une véritable amie.

    Friendship

    Et puis la vie a fait que nous avons traversé des évènements très durs. Je n'ai rien fait contre elle, elle n'a rien fait contre moi. Mais la situation a fait que l'une et l'autre, nous étions dans une position délicate, blessées et éloignées sans qu'on puisse y faire grand chose.

    J'ai attendu... qu'elle digère les choses. Elle a commencé à prendre de la distance.

    J'ai pleuré de douleur, en voyant cette belle amitié s'échapper. Pourquoi ? Je ne comprenais pas.

    J'ai essayé de lui expliquer, de comprendre, de rajouter une note d'humour (je ne sais pas faire sans). Elle a répondu qu'elle ne pouvait plus et a fini son mail par un "adieu".

    Je n'y croyais pas... Elle allait comprendre, il fallait laisser passer le temps.

    Il lui restait des affaires à moi, on devrait forcément de revoir un jour ou l'autre pour qu'elle me les rende !
    Elle a tout envoyé par la Poste, sans un seul mot.

    Alors je me suis mise à la détester. Pourquoi cette indifférence, alors que notre amitié était si belle ? Pourquoi elle ne pouvait pas prendre du recul ? Pourquoi laisser "gagner" les mauvaises personnes qui se sont mises au travers de notre chemin ?

     

     

    Et puis, quelques mois après, une amie très chère a connu une séparation amoureuse. Une relation récente, mais passionnelle. Donc la séparation (qui est venu de lui) a été très dure.

    Et pourtant, moi, à l'extérieur de tout ça, je me suis dit "On ne peut obliger personne à nous aimer, même si on pense que cette relation peut marcher. En aucun cas, on ne peut forcer quelqu'un qui n'a pas envie"

     

    Wow, la claque. Le forcing que je faisais envers ma future ex-amie était de l'acharnement ! Et j'en souffrais, puisque ça ne se passait pas comme je voulais.

    Je n'avais pas le droit de forcer cette amitié, et il fallait que je sois en paix avec cette idée qu'elle ne voulait pas continuer cette relation, même si j'étais très déçue.

    J'ai pleuré une dernière fois en pensant à ça, dans la voiture. Et depuis, je suis nostalgique. Je repense parfois à elle, souvent même. Je me demande ce qu'elle devient, ce qu'elle fait.

    Mais je ne me dis plus que je voudrais savoir, être là.

    Non, je ne fais plus partie de sa vie, c'est comme ça.

     

    Je lui souhaite juste une belle vie.

     

    Couper les ponts

    « En route vers le bonheurPour une refondation de l'école guidée par les enfants »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Lolo
    Samedi 3 Janvier 2015 à 15:53

    Bonjour Sandrine,


     


    en ce début d'année, je me suis demandée ce que tu devenais (parce que moi aussi je pense et j'ai pensé à toi...). Alors je suis allée voir si ton blog existait encore.


    Et voilà, je tombe sur cet article....je l'ai lu...en pleurant, évidemment ! Tu as tellement bien tout résumé...Les mauvaises personnes ont gagné comme tu dis...


    Je ne souhaite pas te parler ici ; tout le monde lit.


    Bonne année Sandrine, à toi et ta petite famille.


    L...


     

    2
    Lundi 5 Janvier 2015 à 21:50
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :