• Alors voilà.

    J'ai été vivre sur une île déserte pendant quelques mois.

    J'ai fait le tour du monde, trois fois.

    J'ai hiberné. En plein été.

     

    Bon, OK, je n'ai rien fait de tout ça. En vrai, j'ai juste vécu ma vie, sans prendre le temps de t'écrire un peu.

    Snif. C'est triste, et ça me manque.

     

    Back... soon !

    dessin de Mathou, Crayon d'Humeur

     

    Je reviens... bientôt !

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Alors voilà.

    Je me demande bien qui je suis... Enfin, parfois.

     

    Je m'appelle Deux Minutes (enfin, c'est un pseudo, tu sais yes), j'ai 33 ans et 2 enfants, et je travaille dans un endroit qui ressemble à une école, mais en mieux !

    J'ai passé 6 ans au sein de l'Education Nationale, à vouloir un poste à tout prix. Jamais ma classe, toujours des niveaux différents, parfois à l'autre bout du département... bref, j'ai tout fait.

    J'y ai rencontré quelques personnes affreuses, mais aussi, et surtout, de chouettes amis. Chaque année, j'en ai rajoutés !

    Et puis le passage à vide, début de burn out, changement de bateau et découverte d'un nouveau projet. Je m'emballe !

     

    Je travaille avec un nouveau public d'enfants, j'aime ça, ça me bouscule, c'est fatigant mais si riche...

    Cette année, je change de tranche d'âge : un nouveau challenge, de nouveaux collègues.

    Et pourtant, je ne suis pas encore satisfaite.

    Que faut-il alors pour arriver au job de mes rêves ? Existe-t-il d'ailleurs ?
    Pourquoi n'est-ce jamais exactement ce dont je rêve ?

     

    rêve

     

    Je suis consciente d'avoir changé, évolué, depuis ces derniers mois. Les derniers évènements depuis 2013 ont chamboulé mon existence : mon job, l'école de mes enfants, mon lieu de vie...

    J'ai aussi découvert, il n'y a pas longtemps, quelque chose sur moi, que je ne savais pas. Un choc, et en même temps un soulagement.

    Une explication de vie, une particularité, qui fait que je suis moi, comme ça, avec mes qualités et mes défauts.

    Je me comprends mieux, je comprends mieux le monde qui m'entoure, et ma vision de la vie qui en découle.

     

    Mais...

    Je me demande encore et toujours qui je suis.

    Aurai-je un jour la réponse ? Je n'en suis pas sûre.

     

    Le plus important, c'est de continuer à évoluer : vouloir changer ou au contraire se stabiliser, et être heureux de ses choix.

    C'est le chemin que je souhaite emprunter. Et on verra où il me mènera !

     

    chemin salar Bolivie

    Salar d'Uyuni, Bolivie

    Partager via Gmail

    8 commentaires
  • Alors voilà.

    Je n'ai pas écrit depuis des mois !!

    Je ne trouve plus le temps, il se passe trop de choses à côté et en même temps, tu me manques !

     

    news

    Que s'est-il passé depuis tout ce temps ?

    Et bien, dans le désordre, je me suis mariée (eh oui !), j'ai trouvé un taf fabuleux dans une école alternative fantastique, des collègues en or, de nouveaux amis, un appartement...

    Ca fait quand même beaucoup pour ces derniers mois !

    La vie n'est pas toujours facile (en ce moment, je n'ai plus de machine à laver, et ben c'est chiant !), mais je surfe quand même sur une belle vague de bonheur à l'état pur.

    J'ai aussi découvert des choses en moi, je change et j'évolue, et c'est chouette aussi.

     

    La rentrée à l'école a été prenante mais extraordinaire, remplie de projets, d'enfants qui se métamorphosent en quelques semaines, de coups de gueule et de sourires.

    J'ai retrouvé mes cops de la Fabrique à Bonheurs pour un séminaire haut en couleurs : c'était fabuleux !

    Je jongle entre ces deux activités qui définissent maintenant mon métier actuel (une 2ème année de disponibilité au regard de l'Education Nationale, et sans doute pas la dernière...) : enfin, je m'y retrouve et je me reconnais - j'ai trouvé ma juste place.

     

    place

     

    Au bout de 16 ans de vie commune, le Papillon et moi, nous nous sommes dit oui, et cette fête a été grandiose : un chapiteau dans le jardin, des copains musiciens, un traiteur bio et végétarien mais aussi un cochon grillé, un temps magnifique en prime et tous nos amis. Tout était réuni pour passer un moment inoubliable...

     

    oui

     

    Le Caméléon et la Crapaud ont grandi, elles sont toutes les deux à l'école maintenant, je les vois grandir au jour le jour et j'adore ça.

    Il y a des moments difficiles, mais les choses se posent, et ce chemin sera un joli souvenir à regarder plus tard.

     

     

    Bref, j'aime cette vie qui va à 100 à l'heure, même si c'est fatigant.

    J'aime découvrir et aimer les chouettes personnes qui m'entourent, dans une énergie positive et bienveillante.

    J'aime les petits bonheurs simples, qui m'aident à avancer tous les jours.

    J'aime les enfants que j'accompagne et qui m'accompagnent, dans ce projet fou que l'on porte depuis 1 an.

    J'aime ce monde qui bouge, qui va de l'avant, malgré tout.

    J'aime !

    J'aime

     

    Partager via Gmail

    3 commentaires
  • Alors voilà.

    La séparation, c'est dur. Qu'elle soit en amour ou en amitié (ben oui, l'amitié c'est de l'amour).

    J'ai rencontré, il y a plus d'un an, une personne extraordinaire. Quand on s'est vues la 1ère fois, on a parlé pendant 3h !! Bref, une personne à qui tu t'attaches tout de suite, tu sens tout de suite que tu es sur la même longueur d'onde.

    On a passé de très bons moments ensemble, à refaire le monde, se serrer les coudes, parler de nos enfants... bref, elle était pour moi une véritable amie.

    Friendship

    Et puis la vie a fait que nous avons traversé des évènements très durs. Je n'ai rien fait contre elle, elle n'a rien fait contre moi. Mais la situation a fait que l'une et l'autre, nous étions dans une position délicate, blessées et éloignées sans qu'on puisse y faire grand chose.

    J'ai attendu... qu'elle digère les choses. Elle a commencé à prendre de la distance.

    J'ai pleuré de douleur, en voyant cette belle amitié s'échapper. Pourquoi ? Je ne comprenais pas.

    J'ai essayé de lui expliquer, de comprendre, de rajouter une note d'humour (je ne sais pas faire sans). Elle a répondu qu'elle ne pouvait plus et a fini son mail par un "adieu".

    Je n'y croyais pas... Elle allait comprendre, il fallait laisser passer le temps.

    Il lui restait des affaires à moi, on devrait forcément de revoir un jour ou l'autre pour qu'elle me les rende !
    Elle a tout envoyé par la Poste, sans un seul mot.

    Alors je me suis mise à la détester. Pourquoi cette indifférence, alors que notre amitié était si belle ? Pourquoi elle ne pouvait pas prendre du recul ? Pourquoi laisser "gagner" les mauvaises personnes qui se sont mises au travers de notre chemin ?

     

     

    Et puis, quelques mois après, une amie très chère a connu une séparation amoureuse. Une relation récente, mais passionnelle. Donc la séparation (qui est venu de lui) a été très dure.

    Et pourtant, moi, à l'extérieur de tout ça, je me suis dit "On ne peut obliger personne à nous aimer, même si on pense que cette relation peut marcher. En aucun cas, on ne peut forcer quelqu'un qui n'a pas envie"

     

    Wow, la claque. Le forcing que je faisais envers ma future ex-amie était de l'acharnement ! Et j'en souffrais, puisque ça ne se passait pas comme je voulais.

    Je n'avais pas le droit de forcer cette amitié, et il fallait que je sois en paix avec cette idée qu'elle ne voulait pas continuer cette relation, même si j'étais très déçue.

    J'ai pleuré une dernière fois en pensant à ça, dans la voiture. Et depuis, je suis nostalgique. Je repense parfois à elle, souvent même. Je me demande ce qu'elle devient, ce qu'elle fait.

    Mais je ne me dis plus que je voudrais savoir, être là.

    Non, je ne fais plus partie de sa vie, c'est comme ça.

     

    Je lui souhaite juste une belle vie.

     

    Couper les ponts

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • Alors voilà.

    Je n'arrive plus à trouver du temps pour écrire !! Ah, c'est terrible, mais j'ai d'autres choses à faire à côté, t'imagines bien.

    Bon, je te fais un peu le point sur ce que je vis (comme ça a quand même pas mal changé depuis quelques mois) ?!

    2013 restera sans doute l'année de tous les changements et de toutes les découvertes, à moins que ce ne soit 2014...

     

    Dans le titre de cet article, je parle de bonheur. C'est vraiment le mot de mon année.
    C'est quoi le "petit mot" d'une année ? Regarde le blog de Daisydées (et régale-toi en passant, de toutes ses idées créatives !)

    L'année dernière, j'avais choisi le mot temps. L'année précédente, c'était le mot organisation.

    Le bonheur a commencé avec la Fabrique à Bonheurs. Les petits messages quotidiens sur Facebook, au moment où j'allais mal, ont mis le doigt sur une profonde volonté d'être joyeux, tout simplement.

    plaisirs simples

     

    La formation certifiante de la Fabrique à Bonheurs a été une semaine formidable, joyeuse et sérieuse, pleine de bonheur.

    J'étais en plein changement, et après des hauts et des bas, ça a été un électrochoc d'entendre certaines choses.
    Je n'ai pas forcément vécu depuis que des évènements positifs, c'est surtout mon regard qui a changé : j'ai juste décidé de vivre ma vie comme je l'entendais, en fait !

    il est temps d'être heureux

     

    J'ai décidé de passer mon bien-être avant les "codes sociaux" :
    - je suis fatiguée, j'annule la prochaine soirée
    - je n'ai pas spécialement envie de passer un WE en famille, je décline
    - je sens un trop plein avec les filles, je dégaine un dessin animé (sans culpabilité)

    J'ai arrêté de me mettre la pression et de placer la barre trop haut. Non pas que je me contente de médiocrité, mais j'apprends à me satisfaire pleinement de ce que je fais et de ce que j'ai.

     

    petits bonheurs

     

    Et les petits bonheurs de la vie quotidienne, quand tu les regardes bien, ça peut te combler !
    Ca me paraissait parfois un peu futile, avant, certaines phrases toutes faites, sur le bonheur.
    Maintenant, j'en prends toute la mesure, et je savoure chaque seconde.

    Mon plus merveilleux souvenir des dernières vacances ?

     

    Croods

     

    Regarder les "Croods" en famille.
    J'adooooooore ce dessin animé (et les messages qu'il renferme) et c'est vraiment le truc sympa à faire pendant les vacances d'hiver (avec un bon chocolat chaud et un feu dans le poêle).
    En famille, simplicité absolue, et ça ne coûte rien. C'était d'ailleurs le plus beau cadeau de Noël pour le Crapaud !

    Au pied du sapin, il y avait aussi un superbe livre de Catherine Dumonteil-Kremer "Les petits bonheurs d'Agathe"

     

    Agathe

     

    On s'est beaucoup retrouvé dans cette histoire, dans cette vision de la parentalité.
    On se régale de faire les p'tits bonheurs tous les soirs, au moment du coucher. Chacun dit son p'tit bonheur. Le Caméléon avait bien du mal, du haut de ses 2 ans, à trouver quelque chose, et répétait souvent quelque chose qui avait déjà été dit. Mais maintenant, elle prend parfois la parole pour dire son petit bonheur, c'est vraiment chouette.

     

    page petits bonheurs

     

    Hier soir, avec le Papillon, on se disait qu'on était drôlement heureux depuis 1 an.
    Je te rassure, on continue à s'engueuler de temps à autre, ce n'est pas toujours facile avec les filles, mais oui, globalement, on a changé notre regard sur la vie, on a fait des choix et on apprécie bien plus notre nouvelle vie !

     

    vivre ses rêves

    Partager via Gmail

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique