• Susciter la coopération chez l'enfant (ou la revanche du supermarché)

    Alors voilà.

    J'ai vécu, il y a deux mois, de superbes moments auprès de mes enfants : je les redécouvrais, je m'énervais moins, j'étais un peu sur un nuage...

    zen attitude

    Je réfléchissais aussi beaucoup à ma situation, à mon avenir, à ce que j'allais bien pouvoir faire à partir de septembre prochain ! Et je commençais à prendre des décisions (ce qui n'est pas une mince affaire), et donc à prendre de l'assurance.

    Et puis les vacances et quelques évènements plus tard, la confiance a valsée, le calme avec, et je me suis retrouvée dans une relation très conflictuelle avec le Crapaud. Prise de bec tous les jours, énervement régulier, tout partait en cacahouète !

    crise

    Ensuite, le cercle vivieux : l'animosité entraine encore plus d'animosité, et les moments joyeux peuvent rapidement se changer en moments foireux à cause d'un petit détail.

    Ma volonté de passer le plus de temps possible avec mes enfants en a pris un coup. Comment arranger les choses ?

     

    Et puis on a repris notre rythme, on a retrouvé nos marques, j'ai essayé de passer du temps seule avec le Crapaud, d'accompagner ses demandes du mieux que je pouvais, et aussi de me poser de mon côté.

    Il y a eu cette semaine où je n'ai fait que réfléchir encore et encore à une nouvelle opportunité qui s'offrait à moi. J'ai eu besoin d'en parler, beaucoup, beaucoup, à plusieurs amies. Et le vendredi, en sortant de chez ma cop', j'ai pris une décision. Peu importe où elle m'emmènera, au moins, je suis au clair avec moi-même et c'est ça que je veux.

    prise de décision

    là, au milieu, c'est comme si c'était moi, quoi

    Depuis ce jour, à la maison, le changement a été radical. Plus de cris ou d'énervement en continu. De l'écoute et des rires sont revenus les remplacer.
    Oh, je ne dis pas que tout est rose chez moi, loin de là. Mais c'est fou ce que ça va mal quand on va mal, tout simplement.

    Du coup, j'ai pu me sentir de nouveau prête à assumer ce sacré rôle de maman, dans le calme.

    Et je suis retournée au supermarché musique de films pour annoncer une expédition

    Supermarché

    Seule avec le Caméléon, cette fois-ci. Bon, le timing jouait plutôt en ma faveur : il était 15h, il n'y avait donc que des plus de 70 ans dans le magasin, et le Caméléon, qui avait décidé de faire une grève de la sieste, était plutôt fatiguée et calme.

    A l'arrivée, je me la joue Super Nanny, et je lui redonne les règles avant de sortir de la voiture.

    Super Nanny

    "Caméléon, on va aller faire les courses. Tu vas rester dans le chariot pendant ce temps, et si tu veux un bout de pain, je te le donnerai quand nous aurons fini les courses, dans la voiture. Tu as bien compris ?"

    Le Caméléon acquiesce docilement, et nous voilà parties faire les courses gaiement.

    Lorsque j'arrive au rayon pain, je commence à trembler. Eh, la grosse crise de la dernière fois, je m'en rappelle encore, hein ! Je rappelle que le petit bout de pain, nous le prendrons dans la voiture, et je mets le pain à côté du Caméléon. Elle a presque envie d'y toucher, mais me regarde en souriant yes !

    pain

    Nous passons à la caisse, et allons jusqu'à la voiture. Je l'installe dans son siège auto, et lui donne un bout de pain avec un énorme soulagement plaisir.

    Le tour est joué !!!

     

    J'ai repris beaucoup de temps, surtout avec le Crapaud, à expliquer avant d'agir.

    "Nous allons à la ferme ce soir chercher des légumes, mais nous n'aurons pas le temps d'aller voir tous les animaux comme l'autre fois. Il faudra partir quand je te l'indiquerai, OK ?

    C'est tout con simple, mais faut juste y penser, quoi.

    Certains me diront : Ce n'est pas de la coopération, tu leur imposes juste tes impératifs, c'est tout !

    Ce à quoi je répondrai et ben c'est déjà pas mal !!
    Ce que je veux dire, c'est que c'est bien ça qui est lourd-dingue à gérer dans la vie quotidienne (on en parlait d'ailleurs en atelier Faber et Mazlish) : respecter les horaires, faire les courses et tout le reste.
    Alors si mes enfants peuvent déjà coopérer sur ces impératifs-là sans que chacun passe une mauvaise journée, moi je dis que je suis déjà super contente.

    coopération

    Au délà de ça, on peut évidemment aller plus loin et faire participer les enfants, par exemple.
    Les courses deviennent passionnantes quand on va aussi chercher des choses ! Suivant l'âge des enfants, on peut leur demander d'aller chercher une boîte de maïs, ou d'aider à remplir un sac de poires. Un enfant qui a une action à réaliser ne s'ennuiera pas et sera content d'aider son parent.

     

    Après, l'esprit de coopération peut aussi être développé dans plein d'autres situations.

    Bien vivre ensemble


    L'autre jour, le Crapaud s'amusait à compter le nombre de fois où elle voyait le nom de notre commune sur les panneaux.

    "Maman, j'ai vu 2 fois MachinVille écrit ! On dirait qu'on regarde toutes les deux, et on compte les points, d'accord ?

    OK. J'ai joué le 1er jour. Et puis le 2ème jour, j'ai changé les règles :

    "Tu sais, Crapaud, au lieu de compter les points et savoir qui a 3 ou qui a 4 points, on pourrait jouer ensemble, et comme ça, on aurait plus de points !"

    Le Crapaud a mis un certain temps à comprendre. Elle voulait tout simplement gagner contre quelqu'un... et voir qui gagnerait.
    Finalement, elle s'est prise au jeu, et on a joué ensemble. On a même atteint 10 points, ce qu'on n'a jamais quand on joue seul !

    Le jour suivant, le Crapaud me dit dans la voiture "Maman, on joue ensemble au jeu de MachinVille ?"

    « Etre à l'écoute de ses enfants (ou comment les regarder se rouler par terre au supermarché en restant zen)Montessori en école publique »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 24 Mai 2013 à 14:01
    Flolasouricette

    C'est un bon truc de prévenir les enfants... Pour moi, ça dépend de comment c'est fait ; si tu proposes quelque chose en menaçant ou en promettant une récompense, tu n'es plus dans la coopération, mais si tu expliques à tes enfants tes attentes (réalistes bien entendu :)), tu exprimes juste une demande. Et si cette demande a pour résultat un bon moment pour tout le monde, pourquoi se casser la tête avec des principes ?

    Je suis une veinarde puisque les Doux adorent faire les courses... Seul inconvénient, ils veulent tout les deux être DANS le caddie, du coup plus de place pour les achats ! 

    Enfin, si tu as d'autres trucs pour développer l'esprit de coopération, dis le nous, puisque ce dernier fait franchement défaut en ce moment à l'école ("effet fin d'année"...).

    2
    Vendredi 24 Mai 2013 à 14:18

    Merci Flo pour ton explication ! C'est tout à fait ça.

    Quant à la coopération à l'école, j'ai eu bien du mal moi aussi cette année... je crois que c'est un travail de (très) longue haleine. Et c'est aussi tout un état d'esprit (plus de compétition pour les notes, plus d'enseignement frontal) que je n'arrive plus à retrouver dans l'Education Nationale. Par contre, en Montessori, c'est drôlement plus facile !!

    3
    Ssabrina
    Lundi 27 Mai 2013 à 22:55

    Bien pour la non crise au super U !

    Ca fait longtemps que je ne fais plus les courses avec eux, car je les mettais ds le caddie (ben vi sinon les deux monstros ils courrent partout!) mais plus de place, et la dernière fois à eux deux, ils ont failli renverser le chariot par terre !!!!

    et le pain.. Ah ce fameux pain !

     

    En tout cas, très interessant cet article sur la coopération.

     

    bizzz

    Sabrina

    4
    Mardi 28 Mai 2013 à 21:56

    Coucou Sabrina,

    Ca peut vite tourner à la catastrophe... Vive le morceau de pain !

    A bientôt,Biz

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :