• Alors voilà.

    Mon petit Caméléon n'est vraiment pas très malade, mais ça lui arrive régulièrement d'être enrhumée, de saigner du nez, et de tousser surtout.

    Cette semaine, une toux s'installe, et on dégaine le trio gagnant : huiles essentielles, homéopathie et humidification.

    De la maltraitance médicale ordinaireDe la maltraitance médicale ordinaireDe la maltraitance médicale ordinaire

     

    On a l'impression que ça passe, et puis cette nuit, le Caméléon se réveille avec de la fièvre, et on reconnait une toux de laryngite (le Crapaud a été deux fois aux Urgences pour une laryngite... si on avait su, on aurait pu éviter le traitement qu'elle avait reçu là-bas !).

    De la maltraitance médicale ordinaire

    dessin issu du blog Seeeeb

     

    Ce matin, elle était brûlante, toute fatiguée et elle a vomi le peu qu'elle avait avalé.
    Forcément, c'est le WE de Pâques...

    On appelle quinze médecins homéopathes, personne n'est disponible. On finit par prendre RDV avec un médecin généraliste, une femme, juste à côté de chez nous.

    Nous avons RDV à 14h00, j'emmène le Caméléon en mei tai, elle est bien trop fatiguée pour marcher.

    Nous arrivons chez le médecin, et la salle d'attente ressemble au salon des Deschiens : un meuble style breton ancien, des fauteuils en velours verts avec un napperon sur l'assise...
    Nous attendons plus d'une demi-heure, le Caméléon s'endort.

    De la maltraitance médicale ordinaire

     

    Vient notre tour, et je demande au médecin si le chien peut éviter de venir avec nous dans le cabinet de consultation, puisque le Caméléon en a peur... Le chien est laissé dans la salle d'attente avec une personne qui attend et qui connait bien la maison : ouf !

    La consultation débute relativement normalement, et on me demande de mettre le Caméléon sur la table d'auscultation. Le Caméléon étant fatiguée et malade, je fais comme d'habitude, je m'assois et la prends sur mes genoux.

    De la maltraitance médicale ordinaire

    Première erreur : le médecin me somme de l'assoir seule "à 4 ans, on s'assoit seul !"
    Je choisis de parler directement au Caméléon, en lui expliquant que même en s'installant comme ça, il faut qu'on puisse regarder dans ses oreilles, sa bouche...
    Le médecin en rajoute une couche "Ecoutez, madame, j'ai fait des gardes aux Urgences, ça n'en finit pas, elle peut s'assoir seule à 4 ans"
    Je réponds que ça devrait être possible comme ça, en souriant. Elle accepte.

    Là, je me dis que c'est pas gagné, cette consult' !

    Le médecin continue de regarder la bouche du Caméléon (je viens surtout vérifier si elle a une angine car elle se plaint de la gorge), écoute son cœur...

    Elle lui pose une question "Quel jour sommes-nous ?"
    Je crois qu'elle veut juste entendre le son de sa voix, mais mon pauvre Caméléon ne sait pas si c'est le matin ou le soir, déjà, alors le jour... même mon Crapaud ne le sait pas toujours !

    Je fais diversion en lui demandant de dire son prénom ou son âge, mais le Caméléon n'a pas envie de parler, c'est tout.

    Elle finit par tousser, et le médecin est ravie ! C'était juste ça...


    Elle retourne derrière son bureau et commence à me poser des questions...
    "Euh, on ne regarde pas dans ses oreilles ?!"
    "Ah, si !"Bon, heureusement que j'y pense !

    Pendant son questionnement, elle me demande si elle va à l'école tous les jours, je réponds que oui. Elle me demande des détails et j'évoque l'école Montessori.
    Elle me demande alors si je suis éducatrice, je lui réponds que oui, je travaille aussi dans cette école.
    "Ah, c'est donc pour ça qu'elle est encore fusionnelle avec vous."

    De la maltraitance médicale ordinaire

    Attention, cette maman est très fusionnelle, méfiance !!

     

    Je suis sidérée. Elle porte des jugements sur ma famille parce que je tiens ma fille, malade et fatiguée, sur mes genoux !

    J'attends la fin de ce RDV avec impatience maintenant, je n'ai qu'une envie, partir !

    Mais ce n'est pas fini.

    Elle commence par me prescrire... des bonbons !!!
    "Oui, oui, je recommande les bonbons, c'est très bien, grâce au sucre et au sel"

    Mon esprit s'évade, je ne peux plus écouter cette personne en face de moi, j'attends en souriant, en mode automatique.

    D'autant que je n'utiliserai pas sa prescription (Célestène et antibios) puisqu'elle n'en a pour l'instant jamais pris et que, sans angine, on devrait pouvoir continuer notre traitement naturel pour que ça passe.

    "Combien pèse-t-elle ? 20 kilos ?"
    (quand on connait mon minuscule Caméléon, on sait qu'elle ne fait pas 20 kilos...)
    "Oh, non, pas autant, 15 je crois"
    "Ah, il va falloir manger, alors, à 4 ans, on fait 17 kilos !"...

    De la maltraitance médicale ordinaire

    Oui, oui, ce bébé fait 20 kilos !

     

    Je te le confirme, sur l'ordonnance, c'est noté "Caméléon, 17 kilos"

    Un petit coup d’œil dans le cabinet, et je vois un tapis plein de poils de chien, berk !
    Je prépare mon chèque avant qu'elle ne le demande, je veux m'enfuir au plus vite...

    Enfin la consultation se termine, nous repartons sans nous retourner.

    De la maltraitance médicale ordinaire

     

    Je remets mon Caméléon en mei tai, et je lui glisse à l'oreille "On ne retournera jamais voir cette dame"

     

     

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • Alors voilà.

    Je me demande bien qui je suis... Enfin, parfois.

     

    Je m'appelle Deux Minutes (enfin, c'est un pseudo, tu sais yes), j'ai 33 ans et 2 enfants, et je travaille dans un endroit qui ressemble à une école, mais en mieux !

    J'ai passé 6 ans au sein de l'Education Nationale, à vouloir un poste à tout prix. Jamais ma classe, toujours des niveaux différents, parfois à l'autre bout du département... bref, j'ai tout fait.

    J'y ai rencontré quelques personnes affreuses, mais aussi, et surtout, de chouettes amis. Chaque année, j'en ai rajoutés !

    Et puis le passage à vide, début de burn out, changement de bateau et découverte d'un nouveau projet. Je m'emballe !

     

    Je travaille avec un nouveau public d'enfants, j'aime ça, ça me bouscule, c'est fatigant mais si riche...

    Cette année, je change de tranche d'âge : un nouveau challenge, de nouveaux collègues.

    Et pourtant, je ne suis pas encore satisfaite.

    Que faut-il alors pour arriver au job de mes rêves ? Existe-t-il d'ailleurs ?
    Pourquoi n'est-ce jamais exactement ce dont je rêve ?

     

    rêve

     

    Je suis consciente d'avoir changé, évolué, depuis ces derniers mois. Les derniers évènements depuis 2013 ont chamboulé mon existence : mon job, l'école de mes enfants, mon lieu de vie...

    J'ai aussi découvert, il n'y a pas longtemps, quelque chose sur moi, que je ne savais pas. Un choc, et en même temps un soulagement.

    Une explication de vie, une particularité, qui fait que je suis moi, comme ça, avec mes qualités et mes défauts.

    Je me comprends mieux, je comprends mieux le monde qui m'entoure, et ma vision de la vie qui en découle.

     

    Mais...

    Je me demande encore et toujours qui je suis.

    Aurai-je un jour la réponse ? Je n'en suis pas sûre.

     

    Le plus important, c'est de continuer à évoluer : vouloir changer ou au contraire se stabiliser, et être heureux de ses choix.

    C'est le chemin que je souhaite emprunter. Et on verra où il me mènera !

     

    chemin salar Bolivie

    Salar d'Uyuni, Bolivie

    Partager via Gmail

    8 commentaires
  • Alors voilà.

    Je n'ai pas écrit depuis des mois !!

    Je ne trouve plus le temps, il se passe trop de choses à côté et en même temps, tu me manques !

     

    news

    Que s'est-il passé depuis tout ce temps ?

    Et bien, dans le désordre, je me suis mariée (eh oui !), j'ai trouvé un taf fabuleux dans une école alternative fantastique, des collègues en or, de nouveaux amis, un appartement...

    Ca fait quand même beaucoup pour ces derniers mois !

    La vie n'est pas toujours facile (en ce moment, je n'ai plus de machine à laver, et ben c'est chiant !), mais je surfe quand même sur une belle vague de bonheur à l'état pur.

    J'ai aussi découvert des choses en moi, je change et j'évolue, et c'est chouette aussi.

     

    La rentrée à l'école a été prenante mais extraordinaire, remplie de projets, d'enfants qui se métamorphosent en quelques semaines, de coups de gueule et de sourires.

    J'ai retrouvé mes cops de la Fabrique à Bonheurs pour un séminaire haut en couleurs : c'était fabuleux !

    Je jongle entre ces deux activités qui définissent maintenant mon métier actuel (une 2ème année de disponibilité au regard de l'Education Nationale, et sans doute pas la dernière...) : enfin, je m'y retrouve et je me reconnais - j'ai trouvé ma juste place.

     

    place

     

    Au bout de 16 ans de vie commune, le Papillon et moi, nous nous sommes dit oui, et cette fête a été grandiose : un chapiteau dans le jardin, des copains musiciens, un traiteur bio et végétarien mais aussi un cochon grillé, un temps magnifique en prime et tous nos amis. Tout était réuni pour passer un moment inoubliable...

     

    oui

     

    Le Caméléon et la Crapaud ont grandi, elles sont toutes les deux à l'école maintenant, je les vois grandir au jour le jour et j'adore ça.

    Il y a des moments difficiles, mais les choses se posent, et ce chemin sera un joli souvenir à regarder plus tard.

     

     

    Bref, j'aime cette vie qui va à 100 à l'heure, même si c'est fatigant.

    J'aime découvrir et aimer les chouettes personnes qui m'entourent, dans une énergie positive et bienveillante.

    J'aime les petits bonheurs simples, qui m'aident à avancer tous les jours.

    J'aime les enfants que j'accompagne et qui m'accompagnent, dans ce projet fou que l'on porte depuis 1 an.

    J'aime ce monde qui bouge, qui va de l'avant, malgré tout.

    J'aime !

    J'aime

     

    Partager via Gmail

    3 commentaires
  • Alors voilà. Qui ?

    Une revenante ! Eh, attends un peu, j'ai plus le temps de rien, moi, alors j'écris quand j'en ai envie et que je trouve le temps (ce qui est rare).

    J'ai vu une vidéo il y a quelques temps, mais je me fais un plaisir de te la faire partager aujourd'hui.

    Cette vidéo a été réalisée lors d'un TEDx. Les conférences TED (Technology, Entertainment and Design) sont une série internationale de conférences organisées par la fondation à but non lucratif Sapling foundation. Cette fondation a été créée pour diffuser des « idées qui valent la peine d'être diffusées » (en anglais : ideas worth spreading).

    Tu sais, je t'ai montré plusieurs vidéos de Sir Ken Robinson ici.

    Là, c'est Céline Alvarez qui intervient. Cette instit travaille dans une classe maternelle à Gennevilliers, pour tenter de modéliser l'environnement pédagogique Montessori. J'avais déjà posté une vidéo .

    Elle y explique comment les sciences cognitives apportent des éléments permettant de solliciter de façon optimale les mécanismes d'apprentissages et d'épanouissement de l'être humain.

    C'est tellement évident !!

    Régale-toi...

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • Alors voilà.

    La séparation, c'est dur. Qu'elle soit en amour ou en amitié (ben oui, l'amitié c'est de l'amour).

    J'ai rencontré, il y a plus d'un an, une personne extraordinaire. Quand on s'est vues la 1ère fois, on a parlé pendant 3h !! Bref, une personne à qui tu t'attaches tout de suite, tu sens tout de suite que tu es sur la même longueur d'onde.

    On a passé de très bons moments ensemble, à refaire le monde, se serrer les coudes, parler de nos enfants... bref, elle était pour moi une véritable amie.

    Friendship

    Et puis la vie a fait que nous avons traversé des évènements très durs. Je n'ai rien fait contre elle, elle n'a rien fait contre moi. Mais la situation a fait que l'une et l'autre, nous étions dans une position délicate, blessées et éloignées sans qu'on puisse y faire grand chose.

    J'ai attendu... qu'elle digère les choses. Elle a commencé à prendre de la distance.

    J'ai pleuré de douleur, en voyant cette belle amitié s'échapper. Pourquoi ? Je ne comprenais pas.

    J'ai essayé de lui expliquer, de comprendre, de rajouter une note d'humour (je ne sais pas faire sans). Elle a répondu qu'elle ne pouvait plus et a fini son mail par un "adieu".

    Je n'y croyais pas... Elle allait comprendre, il fallait laisser passer le temps.

    Il lui restait des affaires à moi, on devrait forcément de revoir un jour ou l'autre pour qu'elle me les rende !
    Elle a tout envoyé par la Poste, sans un seul mot.

    Alors je me suis mise à la détester. Pourquoi cette indifférence, alors que notre amitié était si belle ? Pourquoi elle ne pouvait pas prendre du recul ? Pourquoi laisser "gagner" les mauvaises personnes qui se sont mises au travers de notre chemin ?

     

     

    Et puis, quelques mois après, une amie très chère a connu une séparation amoureuse. Une relation récente, mais passionnelle. Donc la séparation (qui est venu de lui) a été très dure.

    Et pourtant, moi, à l'extérieur de tout ça, je me suis dit "On ne peut obliger personne à nous aimer, même si on pense que cette relation peut marcher. En aucun cas, on ne peut forcer quelqu'un qui n'a pas envie"

     

    Wow, la claque. Le forcing que je faisais envers ma future ex-amie était de l'acharnement ! Et j'en souffrais, puisque ça ne se passait pas comme je voulais.

    Je n'avais pas le droit de forcer cette amitié, et il fallait que je sois en paix avec cette idée qu'elle ne voulait pas continuer cette relation, même si j'étais très déçue.

    J'ai pleuré une dernière fois en pensant à ça, dans la voiture. Et depuis, je suis nostalgique. Je repense parfois à elle, souvent même. Je me demande ce qu'elle devient, ce qu'elle fait.

    Mais je ne me dis plus que je voudrais savoir, être là.

    Non, je ne fais plus partie de sa vie, c'est comme ça.

     

    Je lui souhaite juste une belle vie.

     

    Couper les ponts

    Partager via Gmail

    2 commentaires